05.04 2019

L'égalité salariale homme-femme : où en est-on ?

Image L'égalité salariale homme-femme : où en est-on ?

Depuis toujours, notre société contribue à la valorisation de l'homme et à la discrimination des femmes à tous les niveaux. Ce phénomène est bien plus fréquent dans le domaine professionnel. En effet, dans les entreprises, cette distinction est encore plus accrue. Elle se remarque par un écart entre le salaire des hommes et celui des femmes, avec celui des hommes plus élevé. Pour remédier à cela, plusieurs décisions ont été prises.

Le constat après un contrôle dans les structures

La loi Avenir Professionnel stipule clairement que « à travail égal, salaire égal » en d'autres termes, pour un même travail, l'employeur est tenu de payer un même salaire pour les hommes et pour les femmes sans distinction. Cependant, après un contrôle dans les diverses structures, ce principe n'est pas respecté.

Pour le même travail, les femmes sont payées à plus de 9% de moins que les hommes. Ce taux atteint environ 25 % dans tous les secteurs d'activité. À la retraite, il est estimé à 37 %. Conséquences, les femmes sont plus pauvres que les hommes.

Les chefs d'entreprise justifient cette situation d'injustice par le fait que les femmes sont sujettes au cours de leur carrière à des arrêts de travail notamment avec les congés de maternité. Ils traduisent également cela par l'incapacité des femmes à occuper des postes de responsabilité.

Mise en garde contre les inégalités sous peine de sanction

Après ce triste constat dans les diverses entreprises, celles-ci ont été mises en garde contre une sanction, si cette inégalité perdure lors du prochain contrôle. En effet, les entreprises sont tenues de mesurer l'écart entre les revenus qu'il verse à leurs salariés de sexe masculin contre celui qui verse aux femmes.

En cas de non-concordance, elles sont appelées à réglementer cette situation d'inégalité sous peine d'une sanction financière représentant 1 % de leur capital. Les structures de plus de 50 employés ont été retenues pour cette enquête, car elles disposent d?assez de postes de responsabilité pour une comparaison effective.

Les outils prévus pour l'évaluation de l'égalité salariale

Si la parité salariale n'est pas encore atteinte, tout est mis en oeuvre pour qu'elle soit effective dans moins de cinq ans. Les entreprises seront réévaluées et seront notées sur 100 points. Il faut atteindre un quota de 75/100 pour échapper à la pénalité.

Plusieurs points seront pris en compte à savoir: l'écart de revenus entre hommes et femmes, l'augmentation du revenu des femmes revenant d'un congé de maternité. Aussi seront pris en compte le pourcentage qui sépare l'augmentation du salaire entre hommes et des femmes. Enfin, le dernier critère, la promotion professionnelle. Bien sûr, l'égalité salariale sera notée sur 40 points, mais en tenant compte de l'âge et de la position occupée par les femmes.

Ensuite, concernant l'écart entre les revenus, s'il ne dépasse pas 4 %, l'entreprise bénéficie de 20 points de plus. Quant à l'augmentation des femmes revenant d'un congé maternel, les entreprises dans les cas seront notées sur 15 points. Enfin, si dans une entreprise l'écart entre les promotions hommes femmes n'excède pas 2 %, elles bénéficient de 15 points. Les 10 derniers points seront obtenus par les entreprises, si parmi les 10 salariés les mieux payés, il y a trois femmes.